hand-down

Bulletin d'information Hebdomadaire Nuisances et odeurs N°90

hand-up

N°090

Mardi 25 Février 2020


N°90Semaine du Lundi 17 Février 2020 au Dimanche 23 Février 2020

Relevés Hebdomadaires

33 signalements dont 13 "ODO Public" et 20 signalements "nez" d'intensité supérieure ou égale à 6 ont été recensés pour la période du 17/02/2020 au 23/02/2020 sur le périmètre Induslacq.

Mesures de polluants de la période

Les stations de mesure de polluants Atmo Nouvelle Aquitaine indiquent les informations suivantes :

La procédure d’information et recommandations à la population est déclenchée dès que les moyennes horaires glissantes de deux stations dépassent le seuil de 300 μg/m3 simultanément (avec un différé maximum de trois heures).

Source : Atmo Nouvelle-Aquitaine

Les concentrations de SO2 les plus élevées ont été relevées :

  • À LACQ, le Mardi 18/02/20 à 11h00 ( 377.8 µg/m³ )

Rappel des objectifs qualités : moyenne annuelle de 50 μg/m3 pour le SO2.

Signalements de la période

Signalements ODO Public Signalements ODO >=6 Signalements avec phénomènes gênants
(ODO >=6)
Signalements avec phénomènes gênants
(ODO Public)
Signalement ODO 4 et 5 Signalements >=6 confirmés par Nez formés
Lundi 17/02/2020 1 6 4 0 2 0
Mardi 18/02/2020 6 5 4 2 1 0
Mercredi 19/02/2020 0 3 2 0 0 0
Jeudi 20/02/2020 1 2 1 0 0 0
Vendredi 21/02/2020 0 2 2 0 1 0
Samedi 22/02/2020 4 2 2 2 0 0
Dimanche 23/02/2020 1 0 0 1 0 0
Total 13 20 15 5 4 0
Parmi 3 réponses
aux sollicitations

événements de la plateforme sur la période

Période du 17/02/20 au 23/02/20

Sur la période d’étude, un pic SO2  a été perçu à la station ATMO NA  de Lacq le Mardi 18/02/20 à 11h00 ( 377.8 µg/m³ ) : un  arrêt de l’URS  entre 9h54 à 10h45 pour de la maintenance, a eu pour conséquences, des envois d’effluents gazeux vers les torches BP4/1 d'ARKEMA et BP4/3 de SOBEGI, pouvant expliquer ce pic.

Par ailleurs, depuis le redémarrage des installations de BSO dans la journée de samedi 15/02, plusieurs difficultés ont entraîné un régime de fonctionnement  « minimum » entre lundi 17/02 en matinée  jusqu’au jeudi 20/02 fin de matinée. Cela s'est traduit par :

  • le fonctionnement d’un « seul » sécheur sur les deux.
  • l’unité de distillation en marche réduite 
  • l’unité  de fermentation avec des fermentations lentes, donc peu de CO2 généré

Ce fonctionnement minimum diminue le potentiel d'émissions d'odeurs : les potentielles notes de fermentation sont réduites car il y a  moins de CO2 envoyé à l’atmosphère. Au niveau séchage, un seul sécheur en régime réduit, les potentielles notes « Sulfurol », « Pyrazine » sont moindres (flux et quantités réduites).

Or sur la journée du lundi 17/02, 5 signalements ont été perçus :

deux « Sulfurol », un « Diacetyle », un« Pyrazine », un « Fermentation »

L’intensité de certains signalements autres semblent élevée pour une installation fonctionnant à mi-régime (ex : Sulfurol : le mardi 18/02 à 16H50 à Pardies et vendredi 21/02 à 13h00 au Leclerc de Mourenx (même si vendredi 21 la remontée en régime était en cours)

Les conditions météorologiques défavorables à la dispersion (2,5-3m/s, 10°C, 75-85% d’humidité) sont probablement une partie de l'explication, mais du fait du régime minimum du fonctionnement des installations, BSO a toutefois du mal à expliquer l'ensemble des ressentis.

Vous souhaitez en savoir plus ?