hand-down

Bulletin d'information Hebdomadaire Nuisances et odeurs N°35

hand-up

N°035

Mardi 5 Février 2019


N°35Semaine du Lundi 28 Janvier 2019 au Dimanche 3 Février 2019

Relevés Hebdomadaires

46 signalements dont 22 "coordination/ODO Public" et 24 signalements "nez" d'intensité supérieure ou égale à 6 ont été recensés pour la période du 28/01/2019 au 03/02/2019 sur le périmètre Induslacq.

Mesures de polluants de la période

Les stations de mesure de polluants Atmo Nouvelle Aquitaine indiquent les informations suivantes :

La procédure d’information et recommandations à la population est déclenchée dès que les moyennes horaires glissantes de deux stations dépassent le seuil de 300 μg/m3 simultanément (avec un différé maximum de trois heures).

Source : Atmo Nouvelle-Aquitaine

Les concentrations de SO2 les plus élevées ont été relevées :

  • À LACQ, le Mercredi 30/01/19 à 09h30 ( 189.5 µg/m³ )
  • À LACQ, le Vendredi 01/02/19 à 13h15 ( 231.1 µg/m³ )
  • À LACQ, le Vendredi 01/02/19 à 15h30 ( 447.2 µg/m³ )

Rappel des objectifs qualités : moyenne annuelle de 50 μg/m3 pour le SO2.

Signalements de la période

Signalements ODO Public Signalements ODO >=6 Signalements avec phénomènes gênants
(ODO >=6)
Signalements avec phénomènes gênants
(ODO Public)
Signalement ODO 4 et 5 Signalements >=6 confirmés par Nez formés
Lundi 28/01/2019 4 4 1 0 0 0
Mardi 29/01/2019 3 6 1 1 2 1
Mercredi 30/01/2019 5 7 0 3 1 1
Jeudi 31/01/2019 5 2 1 2 1 0
Vendredi 01/02/2019 2 2 1 1 1 0
Samedi 02/02/2019 1 2 1 0 0 0
Dimanche 03/02/2019 2 1 0 2 0 0
Total 22 24 5 9 5 2
Parmi 15 réponses
aux sollicitations

événements de la plateforme sur la période

Du lundi 28/01 au dimanche 02/02/2019

Des évocations de « Pain-biscuit », « Daube », ou « Cuisson » ont été signalés tout au long de la semaine et celle du « Methional » le dimanche seulement en soirée. Le « Sulfurol » référent caractéristique n’a été signalé qu’une fois malgré le fonctionnement en continu des sêcheurs de VERTEX BSO. Ces notes sont probablement liées aux émissions générées par l’activité de séchage des drèches lors de la fabrication de bioéthanol. Avec une température allant de 4 à 13° et une vitesse de vent relativement faible (de 1 à 3 m/s), ces conditions peuvent accentuer les ressentis de ces évocations en défavorisant la dilution et la dispersion dans l’air.

Les perceptions de « Pyrazine » le mardi vers 11h, peuvent probablement être mis en relation avec le séchage des drèches chez VERTEX BSO car aucun basculement vers les torches de la plateforme Induslacq  n’a eu lieu à ces périodes.

Par ailleurs, un pics de SO2 (189,5 ug/m3) a été enregistré le mercredi 30/01 à 9h30 à la station de Lacq sans dépasser de valeur seuil en moyenne horaire, ce qui peut-être en lien avec un signalement de type « Pyrazine » à 8h25 cette  même matinée. En effet un arrêt simultané de deux unités de traitement a conduit à l'utilisation de la torche BP 4/3 de SOBEGI. Un bulletin spécial a été publié ce jour là suite à cet incident.

De plus une indisponibilité momentanée de l’URS pour la prise de gaz inerte de SOBEGI le Vendredi 01/02 à conduit l'industriel à basculer ses effluents vers la torche BP 4/3 de minuit à 15h30 pouvant probablement expliquer les deux pics de SO2 survenu  à 13h15 (231,1ug/m3)  et à 15h30 (447,2ug/m3) cet après-midi. Il est à noter qu’un signalement lié à un composé pyrogéné  (Pyrazine) a été signalé à 9h pouvant être en lien avec le fonctionnement de cette torche.

En sus des notes odorantes, plusieurs signalements avec un caractère « irritant » ou « acide/piquant »ou « picotements » ont été déclarés le mardi dans la journée, le jeudi après-midi  et le samedi après-midi. Il ne peut notamment pas être établi de corrélation directe entre ce type de perception (sensibilité très variable d’une personne à une autre) et l’évolution des émissions de SO2 d’Induslacq. De plus, la très grande variabilité des ressentis individuels pour ce caractère irritant ne permet pas de l’associer à un référent spécifique, ni de le corréler à des mesures instrumentales.

Les campagnes de fabrication ponctuelle de TPS à base de TDM  ayant eu lieu dans la semaine chez ARKEMA, ces dernières peuvent probablement expliquer les différentes signalements perçues telles que le « TDM », le « TBM » et le « THT »  le lundi après midi et  soirée et le  mardi dans la matinée.

Quelques évocations de « gaz de ville » vers 18h peuvent se rapprocher probablement de ces ressentis.

Les notes d’ «Ethylmercaptan »  peuvent être en lien avec le déclenchement pendant plus d’une demie-heure de l’atelier Methylmercaptan chez ARKEMA le mercredi après 16h30 .

Enfin, plusieurs évènements au niveau de la station de traitement des eaux d'Induslacq ont continués à la déstabiliser : en plus du détournement des effluents anormalement chargés de la semaine précédente, l'augmentation de la charge hydraulique en plus des conditions climatiques défavorables ont provoqué la surcharge de la STEB et perturbé le fonctionnement du bassin biologique générant ainsi des niveaux odorants élévés de composés tels que  le « DMDS, de DMS » de lundi 28/01 au jeudi 31/01.

Vous souhaitez en savoir plus ?